Wolcensmen

Dan Capp, originellement guitariste du groupe Winterfylleth, est de retour avec son second projet, Wolcensmen. Il nous en dit plus sur les origines de son groupe, la réédition de son album "Songs from the Fyrgen “ et sur les projets à venir.

Pour commencer, pouvez-vous nous dire d’où vient l’idée de faire ce projet de musique folk, Wolcensmen ? Peut-on dire c’est quelque chose pour échapper à vos habitudes ?

Salutations au Hellzine. Les origines de Wolcensmen remontent à environ 1998 quand j’étais un adolescent, et j’avais été récemment initié au black metal (et à d’autres style de metal atmosphérique). Très vite, j’ai été attiré par les atmosphères plus « forestières » de Ulver, Satyricon, Isengard, Opeth et Empyrium. Donc j’ai commencé à écrire et à enregistrer avec ma propre guitare acoustique des composions (et avec une chaîne hi-fi). Mes amis étaient très encourageants à propos de mes idées, mais je les ai ignorés et j’ai choisi de jouer exclusivement de la guitare électrique pendant de nombreuses années.

Puis, vers 2010 j’étais dans un bar à Dublin en train de regarder un groupe de folk irlandais jouer et j’ai décidé qu’il était temps que je contribue à la tradition de la musique folk anglaise en utilisant ces vieilles idées que j’avais. Bien sûr, ma musique serait beaucoup plus sombre, plus romantique, classique et inaccessible que la plupart des musiques populaires. J’ai commencé à écrire des chansons en utilisant des veilles idées et j’ai finalement enregistré la démo de Wolcensmen en 2013. J’ai fait quelques démos sur CD-Rom et je les ai données à des amis, puis j’ai mis la démo sur « bandcamp » plus tard, et Wolcensmen a comme grandi à partir de là. Je ne pensais pas que tant de gens l'apprécieraient autant.

Tout au long de ma vie, j’ai surtout écouté et joué des genres autres que l’acoustique folk mais j’ai l’impression qu’avec Wolcensmen je suis « rentré chez moi » sur le plan spirituel. Je pense que j’ai toujours été destiné à faire ce genre de musique et j’ai ignoré cet appel pendant de nombreuses années. J’adore toujours jouer du metal et je le ferai probablement toujours. Mais Wolcensmen est une expression très pure et honnête de qui je suis.

Vous allez réaliser une réédition de votre album " Songs from the Fyrgen ", pouvez-vous m'en dire plus ? Qu'est-ce que cette édition apportera de plus que la première ? Votre première édition de " Songs from the Fyrgen " était épuisée en six mois, vous ne vous y attendiez pas ?

C’est vrai. Les titre de « Songs from the Fyrgen » a connu un plus grand succès que ce à quoi je m’attendais ou que mon précédant label Deivlforst. Le label a pressé 500 CD qui se sont effectivement vendus en six mois, donc l’album n’est disponible qu’en numérique depuis ces derniers 18 mois, puis en limité en vinyle depuis environ un an.

Indie Recordings a vu le besoin d’une réédition et a voulu donner à l’album un mix plus professionnel (j’ai moi-même mixé la version originale). Il est donc remixé et remasterisé bien que le mix original ait son propre charme je pense. J’ai aussi dit au label que je voulais enregistrer de nouvelles chansons pour inclure un EP, pour que ce soit une réédition qui en vaille vraiment la peine, et pas de l’argent facile ou autre. Indie m’a également demandé d’écrire quelques notes de support dans le livret, pour expliquer la signification et le processus d’écriture des chansons. C'est à peu près une édition "ultime" du premier album de Wolcensmen.

Pouvez-vous parler et décrire votre style de musique, parce que c'est quelque chose de vraiment subtil et original ?

Merci de l’avoir dit. Je crée vraiment le genre de musique que j’ai moi-même envie d’entendre : atmospherique, dramatique et mémorable. Je n’essaie pas d’imiter qui que ce soit, mais je suis influé par tout ce qui provient des partions de films, aux synthés en passant par le metal et les musiques du monde. Tout ce qui peut être évocateur et honnête.

Je suis soucieux de créer des chansons qui ont des tempos, des structures, des compteurs et des instrumentations différents (dans la mesure du possible, compte tenu de mon accès limité aux instruments et aux connaissances en solfège). J’écris très instinctivement, et presque tout commence par une mélodie ou une idée dans ma tête quand je promène mon chien à la campagne par exemple. Une fois que j’ai l’idée initiale, la chanson grandit organiquement et je la laisse aller où elle veut. C’est pourquoi certaines chansons sont plus folkloriques, d’autres plus classiques et d’autres plus ambiantes.

Je ne vois pas l’intérêt de copier exactement ce que font les autres musiciens. C’est l’expression de leur âme, pas la mienne.

On peut dire que votre type de musique, c’est plus que de la musique, c’est un type d’art ?

Je ne sais pas. Tout ce que je sais c’est que j’exploite mes compositions dans mon esprit, parfois à partir du moment où je me réveille jusqu’au moment où je vais me coucher. Je crois fortement qu’il faut façonner une musique ou une partie musicale sur plusieurs mois jusqu’à ce qu’elle soit aussi parfaite que possible, et je ne peux pas comprendre les musiciens qui écrivent des chansons en studio, ou seulement quelques semaines avant de les enregistrer. A mon point de vue, quand on trouve une bonne idée musicale, vous le devez à cette étincelle de magie créative de la présenter de la meilleure façon possible, pas seulement prendre la première chose qui vient à l’esprit.

Trop de musique médiocre est enregistrée et diffusée, et c’est généralement parque que les musiciens ont des normes peu élevées de leur propre matériel. Si vous n’avez pas l’intention de créer une chanson ou un album qui soit parmi les meilleurs dans son genre, à quoi bon ?

Peut-on dire que cet art est combiné avec la pochette, vous pouvez m’en dire plus sur la pochette de l’album ?

Certainement. Il s’agit d’une peinture ancien de l’artiste germano-norvégien Ludvig Munthe, appelé ‘Skoginteriør'. Pendant que j’enregistrais l’album, devant toujours quoi faire pour la pochette. J’ai vu ‘Skoginteriør' quelque part sur site web et j'ai immédiatement su qu'il était parfait. Il n’existait nulle part sous une forme de fichier numérique, alors j’ai dû demander au Musée National Norvégien de photographier cet art spécialement pour moi, et j’ai passé de nombreuses heures à photoshoper les fissures pour que l’œuvre ressemble d’avantage à ce qu’elle était à l’orignal.

Ce que j’aime dans cette peinture, c’est la lueur rouge dans la forêt. C’est comme s’il y avait une sorte de ressemblance mystique qui se produit et cela correspond bien aux thèmes de mes chansons : l’interaction entre le naturel et le surnaturel.

Pouvez-vous m'en dire plus sur l'EP qui sera réalisé avec la réédition de l'album ?

Oui. Ça s'appelle "‘Songs from the Mere”. “Mere " est un ancien mot anglais qui signifie "lac" ("fyrgen " est un ancien mot anglais qui signifie "colline boisée "). Cet EP a des thèmes plus obscurs, plus larmoyants de diverse façon. Il comprend trois nouvelles compositions, une reprise de " Man of Iron " de Bathory et une réécriture de la toute première chanson entièrement acoustique que j'ai écrite en 2008 : " The Greene Wall ". A l'origine, l'EP devait contenir des enregistrements amateur à la maison, mais ma philosophie de ne pas faire de la musique occasionnelle m'a empêché de le faire, et j'ai fini par prendre le projet au sérieux comme je le ferais pour un nouvel album.

Peut-on dire que vous êtes en bonne voie pour la préparation d'un nouvel album ?

Oui, on peut le dire ! Je crois qu'il sera à tous les points encore plus grand et meilleur que “Songs from the Fyrgen” Ce sera un projet complexe, mais il se concrétisera bientôt.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la collaboration que vous avez faite avec le label Indie Recordings ?

Indie était l'un des labels intéressés à signer pour Wolcensmen et j'ai adoré leur enthousiasme, ce qui manque à beaucoup de labels, je pense. Ils ont sorti de très bons disques en leur temps, et j'étais confiant qu'ils sauraient porter ma musique à la bonne oreille. Plus important encore, j'avais besoin d'un label capable de me soutenir dans la réalisation de ma vision pour les Wolcensmen, et Indie a fait preuve de confiance et de ce dont je suis capable.

Pour finir, avez-vous prévu de faire une tournée avec les Wolcensmen ?

Oui. Nous venons de faire une petite tournée en support de mon autre groupe Winterfylleth. Wolcensmen s'est déjà produit dix fois en concert maintenant, et c'est une bonne d'expérience, je pense, pour l'instant. C'est difficile de trouver les bons musiciens et le bon endroit pour ce genre de musique. Je serai heureux de jouer en live, mais seulement dans les bonnes circonstances. C’est qui signifie d’être de la musique spirituelle et je veux la partager avec les bonnes personnes dans le bon espace.

Merci de votre intérêt et de votre soutien.

Pin It